Prochainement

                         

Le monde est à toi

2018

France

1h34

de Romain Gavras.

avec Karim Leklou (François), Isabelle Adjani (Danny), Oulaya Amamra (Lamya), Vincent Cassel, François Damiens, Norbert Ferrer (M. Lhermitte), Yun-Ping He (Serveur chinois), Philippe Katerine, Gabby Rose, Brittany, Michael John Treanor (Glasgow Ranger)...


François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies.
Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d’un gang de femmes pickpockets, s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu !

"Le Monde est à toi est une farce pop made in France, qui redonne pas mal de sang neuf à la comédie française. Hyper codé, truffé de clins d’œil (à Scarface, entre autres), le film cultive un humour accueillant volontiers le malaise et l’absurde. Pas vraiment de gags ici, mais des trognes, des situations vaseuses, de la férocité comme dans cette bonne comédie italienne d’antan. Au cœur d’ambiances clinquantes à souhait, Romain Gavras orchestre un défilé savoureux de pieds nickelés et de bras cassés. Sa satire débute dans une gigantesque cité de banlieue en arc de cercle (du vieux moderne des années 70), puis se poursuit sous le soleil éclatant d’Espagne, le long de la Costa Brava. On craint d’abord que cette histoire de revente d’une cargaison de cannabis ne tourne en rond, mais l’intrigue se révèle bien plus fournie que prévue, avec des retournements inattendus. Le casting de luxe (en plus des stars sus-citées, il y a Philippe Katerine, François Damiens….) se prête très bien au jeu, peaufinant outrance et autodérision. Outre la comédie italienne, on pense aussi à Quentin Tarantino, référence écrasante. Romain Gavras n’a pas encore toute la maîtrise de l’auteur de Jackie Brown. N’empêche il s’en approche. Depuis Notre jour viendra (2010), il a en tout cas fait beaucoup de chemin." Télérama