Prochainement

               

Une prière avant l'aube

A Prayer Before Dawn

2017

France / Grande-Bretagne / Cambodge

2h02

de Jean-Stéphane Sauvaire.

avec Joe Cole (Billy Moore), Vithaya Pansringarm (Preecha), Panya Yimmumphai (Keng), Nicolas Shake (Docteur), Billy MooreSura Sirmalai (Chanachol), Pornchanok Mabklang (Fame), Somlock Kamsing (Suthin), Sakda Niamhom (Saiyok), Chaloemporn Sawatsuk (M)...


Billy Moore, un jeune boxeur anglais, est incarcéré dans une prison en Thaïlande pour détention de drogue. Dans cet enfer, il est rapidement confronté à la violence des gangs et n’a plus que deux choix : mourir ou survivre. Lorsque l’administration pénitentiaire l'autorise à participer à des tournois de MuayThai, Billy donne tout ce qui lui reste. En 2008, avec le percutant Johnny Mad Dog, Jean-Stéphane Sauvaire portait à l’écran le quotidien chaotique d’enfants-soldats au coeur d’un pays d’Afrique déchiré par une guerre intestine. Cette fois, le réalisateur a choisi d’exhumer la trajectoire hallucinante du boxeur britannique Billy Moore, d’après son autobiographie baptisée Une prière avant l’aube. Si la boxe est au coeur du récit, Une prière avant l’aube est avant tout une expérience sensorielle éprouvante qui sonne comme un uppercut. La caméra talonne Billy, le colle, le touche. Elle est la matérialisation de son regard, ce même regard qui balaye les corps blessés, tatoués, avilis. Sous nos yeux, Billy va s’adapter, essayer de dompter un langage qu’il ne comprend pas – les propos en thaï, jamais traduits, participent à la perdition –, dompter la violence des gangs et trouver finalement son salut dans la boxe. Une destinée qui mérite qu’on s’y penche… Une prière avant l’aube est à la fois un immense film de boxe mais aussi un film de prison claustro à souhait, peint avec une grâce implacable.


La petite histoire

 Une prière avant l'aube fait partie de ces nombreux films de prison dans lesquels un étranger est incarcéré dans un pays qu'il ne connait pas. Parmi les longs métrages se centrant sur ce pitch, nous pouvons citer Midnight Express, dans lequel un étudiant américain avait été condamné à purger une peine en Turquie pour détention de cannabis. Notons aussi que, même si ce ne sont pas des films de prison, Loin du paradis et Bangkok, aller simple exploraient la thématique d'un étranger condamné de manière extrêmement sévère dans un pays asiatique. 

Billy Moore était très impliqué avec l'équipe dans l’écriture du scénario. "Avec Johnny Hirschbein, le scénariste, on l’appelait souvent lors de l’écriture, pour lui demander comment il avait réagi face à telle ou telle situation. Ce regard était passionnant car il accentuait la part d’authenticité que je souhaitais et me permettait de m’éloigner du pur film de genre. Son expérience permettait avant tout de raconter comment un homme se retrouve seul, étranger, dans une prison thaïlandaise, dans un environnement extrême dont il ne maîtrise ni les codes, ni les règles, ni même le langage et comment la boxe va lui permettre d’évoluer, de changer", confie Jean-Stéphane Sauvaire.