Prochainement

               

L'assassin habite au 21

1942

France

1h24

de Henri-Georges Clouzot.

avec Pierre Fresnay (L'inspecteur Wenceslas Wens), Suzy Delair (Mila Malou - la maîtresse tapageuse de Wens), Jean Tissier (Triquet), Pierre Larquey (Monsieur Colin), Noël Roquevert (Docteur Théodore Linz), René Génin (Alfred, l'ivrogne), Jean Despeaux (Kid Robert), Huguette Vivier (Mademoiselle Vania), Raymond Bussières (Jean-Baptiste Turlot)...


Plusieurs crimes sont commis, tous signés d'une même carte de visite au nom de monsieur Durand. Le commissaire Wens, chargé de l'enquête, est averti qu'un cambrioleur a été arrêté, les poches pleines de ces funestes bristols. Le suspect prétend avoir volé ces documents accablants dans une pension de famille, «Les Mimosas», à Montmartre. Wens s'y installe, déguisé en pasteur, et bientôt rejoint par sa maîtresse, Mila Malou, qui a envie de jouer les détectives. Une vieille fille est assassinée et l'un des pensionnaires, Colin, est soupçonné et arrêté. Mais un nouveau meurtre est commis... 

"Pour son premier film, Clouzot adapte ce pessimisme ironique à son univers. Au passage, il prend quelques libertés. Occupation oblige, l’assassin, de Londres, déménage à Paris. Les héros du Dernier des six, précédente adaptation d’une œuvre de Steeman, sont chargés de l’enquête : l’inspecteur Wens (Pierre Fresnay, magistral) et son enquiquineuse de petite amie, Mila Malou (pétulante Suzy Delair). Mais surtout, entre humour et cruauté, le jeu policier prend un étrange et dérisoire relief, une véritable profondeur psychologique. Un régal, qui annonce un chef-d’œuvre à venir, Le Corbeau." Télérama


La petite histoire

 Le film est adapté du roman policier du même nom de Stanislas-André Steeman, publié en 1939. Pour son adaptation au cinéma, l'auteur et Clouzot ont décidé de changer quelque peu certains détails de l'histoire. D'abord, l'action ne se déroule plus à Londres, mais à Paris et l'enquête est menée par le commissaire Wens et non plus par le surintendant Strickland. Les personnages évoluent dans une petite pension, les "Mimosas", ayant pour adresse le 21 avenue Junot dans le 18ème arrondissement. Enfin, l'assassin ne signe plus sous le nom de M. Smith mais de Mr Durand. Clouzot a également adapté Quai des orfèvres au cinéma du même auteur, et travailla sur les dialogues du film Le Dernier des six de Georges Lacombedont l'histoire est également tirée d'un roman de Stanislas-André Steeman.