Prochainement

              

Song to Song

Song to Song

2017

Etats-Unis

2h08

de Terrence Malick.

avec Ryan Gosling (BV), Rooney Mara (Faye), Michael Fassbender (Cook),  Natalie Portman (Rhonda), Cate Blanchett (Amanda), Holly Hunter (Miranda), Bérénice Marlohe (Zoey), Val Kilmer (Duane)...


Un chanteur de country idéaliste, une ex-institutrice devenue serveuse et une bassiste survivant comme dog-sitter pour la bourgeoisie branchouille d’Austin, font la rencontre de Cook, riche et influent producteur musical. À ses côtés, ils vont entrevoir un monde instantanément désirable fait de fêtes, d’argent, de lumières et de nuits sans fin. Plutôt que de traiter du vague à l’âme de riches artistes, Malick s’intéresse ici à la manière dont cet univers, de néons et de flash, dévore l’aspiration au bonheur de ses héros. La capacité du réalisateur à donner ainsi à voir un terrain de jeu tour à tour paradoxal et pervers ébahit. Fassbender livre une brillante partition de prédateur, tandis que Gosling continue d’épater en chanteur raté et résilient. Il fait aussi la part belle à des personnages féminins extrêmement forts, dépeints à coups d’esquisses (stupéfiante Cate Blanchett) ou via un subtil réseau de courtes séquences (Natalie Portman, statue de porcelaine). On découvre une nuée de seconds rôles (Val Kilmer, Patti Smith, Bérénice Marlohe, Holly Hunter, Iggy Pop…) qui traversent l’oeuvre tels des météores, nourrissant ce passionnant dialogue entre le désir, le coeur et la raison. La bande-originale est formidable, capable de passer de Malher, Ravel à Die Antwood, tout en mettant en regard un frisson amoureux et les accords électriques de Patti Smith. Le résultat conserve cette qualité flottante, cette poésie de l’apesanteur, propre à un cinéaste dont le sillon ne ressemble désormais à aucun autre. Malick parachève ici une formidable tentative filmique, faite de tâtonnements infimes, de gestes puissants, obsédée par une quête de grâce, dans un dialogue entêtant avec le spectateur.


La petite histoire

 Terrence Malick travaillait encore sur The Tree of Life quand il a commencé à parler du film qui allait devenir Song To Song à ses producteurs Sarah Green, Nicolas Gonda et Ken Kao. Ceux-ci se sont montrés d'emblée enthousiastes  à l’idée de tourner une histoire d’amour à Austin, la ville la plus musicale des États-Unis.

Parmi les musiciens que l'on peut voir dans Song To Song, on retrouve les Red Hot Chili Peppers, la Suédoise Lykke Li qui trouve ici son premier rôle au cinéma, et ce sont les Black Lips qui jouent le rôle du groupe de Rooney Mara, avec comme chanteur Val Kilmer dans le rôle d'une rock star vieillissante.
La production a également profité de la présence à Austin d’Iggy Pop, de Florence and the Machine et de John Lydon alias Johnny Rotten. Enfin, Lauren Mikus a fait appel à Major Lazer ou encore Die Antwoord, parmi de nombreux autres groupes.