Prochainement

              

Le Grand Méchant Renard

Le Grand Méchant Renard et autres contres

2017

France

1h20

de Benjamin Renner et Patrick Imbert.


Ceux qui pensent que la campagne est un lieu calme et paisible se trompent, on y trouve des animaux particulièrement agités : une cigogne qui se débrouille pour ne pas livrer le bébé dont elle a la charge, une poule qui se rebiffe contre le renard, un loup on ne peut plus ombrageux, un lapin et un canard déjantés. Si vous voulez prendre des vacances, passez votre chemin… Du même trait vif que dans la bande dessinée éponyme dont le film est adapté, les animaux sont croqués d’une façon qui rappelle le cartoon, tandis que les décors sont traités avec soin et force détails humoristiques, on évolue ainsi sur un rythme enlevé dans un univers qui tient autant de Billy Wilder que de La Fontaine et Tex Avery. Au fil des saisons, de la naissance des poussins au printemps à la fête de Noël sous la neige, on passe ainsi d’une histoire à l’autre avec une délectation qui sera partagée par toute la famille, tant les gags s’adressent aux petits et aux grands. Renner, coréalisateur d’ « Ernest et Célestine », signe une fable tout en délicatesse. Un bijou de poésie et d’humour. Le film familial de l’été !


La petite histoire

Le Grand Méchant Renard et autres contes est à l'origine une bande-dessinée de Benjamin Renner, parue en 2015. Elle résulte de tout un univers que l'auteur avait l'habitude d'imaginer sous forme de petites BD qu'il offrait à sa famille, depuis l'âge de 10-12 ans. Trois histoires composent le film.

À la manière de contes anthropomorphes tels que les Fables de La Fontaine et Les Contes du Chat perché de Marcel AyméBenjamin Renner voulait traiter des problématiques humaines de manière légère et ludique, à travers des animaux hauts en couleur : "Dans mes histoires aussi, on sent que le petit cochon va être un personnage joyeux et débonnaire, le canard un râleur, et le lapin un être fantasque et un peu irresponsable", ajoute-t-il.

L'histoire du Grand Méchant Renard correspond à une anecdote qui remonte à l'enfance de Benjamin Renner, alors qu'il visitait avec son père une ferme, équipée d’une couveuse remplie d’oeufs de poule. Le garçon s'était alors interrogé : "«Si on se retrouve brutalement maman adoptive de poussins, doit-on leur apprendre à se comporter comme des humains ou comme des poules ?». Cette idée a continué à faire son chemin dans mon esprit, puis plus tard, je me suis dit que la situation serait encore plus amusante si c’était un renard qui était contraint d’élever ces petits poussins", s'amuse le réalisateur.

Si c'est la première fois que Benjamin Renner adapte son propre travail en film, le réalisateur avait déjà transposé à l'écran Ernest et Célestine d'après les illustrations de Gabrielle Vincent. Le film avait connu un grand succès, remportant notamment le César du meilleur film d’animation en 2013 et une nomination aux Oscars en 2014.