cubannetworkaffiche2

Cuban Network

Wasp Network

2019

France / Espagne / Brésil / Belgique

2h05

de Olivier Assayas.

avec Ana de Armas (Ana Magarita Martinez), Penélope Cruz (Olga Salanueva), Wagner Moura (Juan Pablo Roque), Edgar Ramírez (Rene Gonzalez), Gael García Bernal (Gerardo Hernandez), Leonardo Sbaraglia (Jose Basulto), Harlys BecerraJulian Flynn ('El Tigre Viamonte'), Gisela Chipe (Maria Elvira Salazar), Johanna Sol (Newscaster)...

cubannetworkaffichebandeannonce


René González, pilote cubain, emprunte un avion en direction de la Californie sans dire un mot à son épouse Olga. Cette dernière se retrouve forcée de vivre seule avec sa fille à La Havane, à la fois en colère contre son mari et contre ceux qui l’accusent d’être un traître. Mais elle est loin de se douter que tout cela est bien plus compliqué qu’il n’y paraît… En 1959, Fidel Castro prend le pouvoir à Cuba. Dès lors, des organisations d’exilés mènent des attaques sur le sol cubain. Pour combattre ces groupes, le pouvoir cubain envoie des espions en Floride pour infiltrer ces organisations. Au début des années 90, près d’une trentaine d’agents forment ainsi le Wasp Network — la Red Avispa en espagnol, le « réseau guêpe » — qui est chargé d’informer La Havane des activités des exilés cubains. Cuban Network nous fait le récit de cette guerre souterraine entre les exilés cubains et le régime de Castro, un fragment d’histoire contemporaine que le cinéma n’a jamais vraiment abordé. Olivier Assayas s’inspire du roman inédit en France Les Derniers soldats de la Guerre froide de Fernando Morais, journaliste et homme politique brésilien, pour réaliser un film nerveux au casting prestigieux qui incarne avec brio les destins de ces héros/traîtres, rappelant parfois Steven Soderbergh et sa trilogie Ocean’s… Bref, du pur Assayas dans la veine de Carlos : un thriller glacé et cérébral…


La petite histoire

 « J’ai lu le livre du journaliste et homme politique Fernando Morais, Les Derniers Soldats de la guerre froide. J’ai été fasciné par ce qui en est le centre de gravité, l’histoire des Cuban Five, cinq espions cubains infiltrés en Floride, et la guerre souterraine entre les exilés cubains et le régime de Castro. Un fragment d’histoire contemporaine que le cinéma n’a jamais vraiment abordé. Et puis surtout, il y avait un cadre plus large, où se mêlaient l’intime et l’universel, des individus pris dans les rouages de la politique et de l’histoire (…) Si le sujet m’a intéressé, c’est parce qu’il contribue à nous rappeler les complexités et les contradictions de la politique contemporaine, les formes que peuvent prendre manipulation et désinformation. Il montre aussi comment la politique est aussi un jeu où se joue le destin d’êtres humains, broyés par la grande roue de l’Histoire. » Olivier Assayas