freresdesangaffiche2

Frères de sang

La terra dell’abbastanza

2018

Italie

1h35

de Damiano D'Innocenzo et Fabio D'Innocenzo.

avec Andrea Carpenzano (Manolo), Matteo Olivetti (Mirko), Milena Mancini (Alessia), Massimiliano Tortora (Danilo), Luca Zingaretti (Angelo), Demetra BellinaMichela De Rossi (Ambra), Giordano De Plano (Simone), Walter Toschi (Carmine)...


Mirko et Manolo sont deux jeunes amis de la banlieue de Rome. De bons gars, jusqu’au moment où, lors d’une virée nocturne en voiture, ils percutent un homme et décident de s’enfuir. La tragédie se transforme en un apparent coup de chance : l’homme qu’ils ont tué était un repenti d’un clan criminel local et en l’abattant, les deux garçons ont gagné un rôle, le respect et l’argent qu’ils n’ont jamais eu. Un billet pour l’enfer qu’ils échangent contre un laissez-passer au paradis.

Un récit initiatique haletant et un excellent casting pour ce premier film fulgurant qui a captivé le Festival de Berlin.


La petite histoire

A l'origine, Damiano D'Innocenzo et Fabio D'Innocenzo avaient en tête l’image de deux jeunes, dans une voiture, qui parlaient de leurs vies. Les réalisateurs ont ensuite imaginé leur passé, le contexte de leur quotidien et c’est ainsi qu'ils ont trouvé le point de départ de l’histoire. Le second explique : "On a été les premiers spectateurs de notre film, on le voyait naître pendant la phase d’écriture. On avait une vision d’ensemble, le reste s’est écrit tout seul." Damiano D'Innocenzo ajoute : "En le relisant aujourd’hui (on l’a écrit il y a six ans !), je le trouve plutôt structuré. D’un point de vue dramaturgique tous les actes sont présents, avec leurs rebondissements et un climax… Mais nous l’avons écrit en nous fiant simplement à notre instinct, sans chercher à suivre des codes." Fabio D'Innocenzo conclut : "On voulait raconter une histoire d’amitié. Elle est au coeur de notre histoire. On peut définir Frères de sang comme un film de genre, mais pour nous, le monde de la criminalité reste un décor. C’est le rapport entre les deux garçons qui nous intéresse.

Si le cinéma italien actuel est très centré sur des histoires de criminalité, Damiano D'Innocenzo et Fabio D'Innocenzo n'ont pas voulu rendre le crime spectaculaire dans Frères de sang. Le premier explique : "Nous aimons bien l’idée de la retenue comme dispositif dramaturgique. Le crime est hors champ, on ne le voit pas, mais on sait qu’il est là. Cela ajoute du suspense. Si on a une histoire qui fonctionne, il est important de ne pas la compliquer ; ça ne sert à rien de la rendre plus spectaculaire, c’est l’histoire qui choisit ses propres ingrédients. La différence, par rapport aux autres films, c’est peut-être la rigueur que nous avons héritée du dessin et de la photographie. Comme nous venons de ces domaines, nous avions déjà notre propre code, bien que n’ayant rien filmé avant."