heureuxcommelazzaoaffiche2

Heureux comme Lazzaro

Lazzaro Felice

2018

Italie

2h07

de Alice Rohrwacher.

avec Adriano Tardiolo (Lazzaro), Agnese Graziani (Antonia enfant), Luca Chikovani (Tancredi enfant), Alba Rohrwacher (Antonia), Sergi López (Ultimo), Natalino Balasso (Nicola), Tommaso Ragno (Tancredi adulte), Nicoletta Braschi (Marchesa Alfonsina De Luna)...

Prix du Scénario, Festival de Cannes 2018


Lazzaro, un jeune paysan d’une bonté exceptionnelle vit à l’Inviolata, un hameau resté à l’écart du monde sur lequel règne la marquise Alfonsina de Luna. La vie des paysans est inchangée depuis toujours, ils sont exploités, et à leur tour, ils abusent de la bonté de Lazzaro. Un été, il se lie d’amitié avec Tancredi, le fils de la marquise. Une amitié si précieuse qu’elle lui fera traverser le temps et mènera Lazzaro au monde moderne. Il arrive que la rencontre d’une cinéaste avec un acteur soit miraculeuse. Elle l’est ici. Adriano Tardolio qui interprète Lazzaro nous subjugue du début à la fin. Son regard juvénile chargé d’une infinie tendresse, sa démarche un peu raide, sa parole hésitante, apportent au film une densité et une grâce qui n’ont rien de banal. Sorte de Candide des temps modernes, Heureux comme Lazzaro est une fable sur l’humanité en deux parties, très distinctes l'une de l'autre, l'archaïsme solaire de la première laissant la place au modernisme surréaliste de la seconde. Quatre ans après le lumineux Les Merveilles, Alice Rohrwacher nous offre un regard débonnaire sur le monde. Une source inépuisable de poésie.


Heureux comme Lazaro est l’histoire d’une élévation à la sainteté, sans miracles, ni pouvoirs, ni même super pouvoirs et surtout sans aucun effets spéciaux. Simplement par le fait d’être au monde, en ayant foi envers les êtres humains et sans jamais penser à mal. Le film évoque la bonté comme concept et règle de vie. C’est à la fois un manifeste politique, un conte de fées, une chanson dans l’Italie des cinquante dernières années.Alice Rohrwacher, réalisatrice