Zama

2017

Argentine / Brésil / Espagne / République Dominicaine / France / Mexique / Portugal / Pays-Bas / Suisse / Etats-Unis / Liban

1h55

de Lucrecia Martel.

avec Daniel Giménez Cacho (Don Diego de Zama), Lola Dueñas (Luciana Piñares de Luenga), Matheus Nachtergaele (Vicuña Porto), Juan Minujín (Ventura Prieto), Nahuel Cano (Manuel Fernández), Mariana NunesDaniel Veronese (Gobernador), Carlos DefeoRafael Spregelburd (Capitán Hipólito Parrilla)...


Fin du 18ème siècle. Le fonctionnaire royal don Diego de Zama, isolé dans le Gran Chaco, espère une lettre du vice-roi du Río de la Plata signifiant sa mutation pour Buenos Aires. Souffrant de l’éloignement de sa famille, de l’ennui de son travail de fonctionnaire et du manque de reconnaissance de sa hiérarchie, il perd patience et se lance dans une entreprise désespérée. Lucrecia Martel adapte avec le coeur la nouvelle éponyme de Antonio Di Benedetto, grand nom de la littérature argentine. La réalisatrice parvient ici à nous faire éprouver par les sens l’état de ce colon décadent, comme soumis à un espace-temps qui le dépasse alors qu’il s’en croit maître. Cette errance sidérante est servie par une image renversante de beauté signée Rui Poças, dont on a déjà pu voir le talent sur des films tels que L’Ornithologue de João Pedro Rodrigues, Les Bonnes manières de Juliana Rojas et Marco Dutra ou Tabou de Miguel Gomes. On marche, on attend, on dérive dans cette aventure surréaliste qui parvient à questionner le colonialisme et le rapport de classes de la plus étonnante des façons.