Jusqu'à la garde

2017

France

1h33

de Xavier Legrand.

avec Denis Ménochet  (Antoine Besson), Léa Drucker (Miriam Besson), Thomas Gioria (Julien Besson), Mathilde Auneveux (Joséphine Besson), Mathieu Saikaly (Samuel), Florence Janas (Sylvia), Saadia Bentaïeb (La juge), Coralie Russier (La greffière), Sophie Pincemaille (Maître Davigny), Emilie Incerti-Formentini (Maître Ghenen)...


Le couple Besson divorce. Pour protéger son fils d’un père qu’elle accuse de violences, Miriam en demande la garde exclusive. La juge en charge du dossier accorde une garde partagée au père qu’elle considère bafoué. Pris en otage entre ses parents, Julien va tout faire pour empêcher que le pire n’arrive. Entre méfiance, peur et manipulations, l'enfant va essayer de protéger sa famille… Pour son premier long métrage, Xavier Legrand frappe fort en apportant sa maitrise de la dramaturgie à une réalisation digne des plus grands thrillers. En appelant constamment aux codes du genre, une ambiance très oppressante se crée, l'angoisse n'est jamais loin, nous restons collés au plus près des émotions des personnages. Le film est sublimé par une direction d’acteur prodigieuse. Le jeune Thomas Gioria est étonnant de retenue, Léa Drucker est parfaite, à fleur de peau mais tout autant forte que déterminée à protéger son foyer déjà bien meurtri. Enfin, le trop rare Denis Ménochet est absolument sensationnel dans ce rôle de père bourru et ambigu où il explose de charisme et où il trouve le meilleur rôle de sa carrière. Jusqu’à la garde est un bel objet insolite, qui prend réellement le spectateur aux tripes.


La petite histoire

Comme dans son court-métrage, Avant que de tout perdre, Xavier Legrand aborde dans Jusqu’à la Garde la violence conjugale, en mettant le spectateur sous tension. Le metteur en scène explique : "La peur est à l'origine de Jusqu'à La Garde. La peur que suscite un homme prêt à tout pour retrouver la femme qui veut se séparer de lui et fuir son extrême violence. Le personnage d'Antoine, interprété par Denis Ménochet, est une menace permanente pour ses proches. Il met son entourage sous tension, il n'entend que sa douleur, il est prêt à manipuler quiconque, y compris ses enfants. Les femmes qui ont subi des violences conjugales, comme celle jouée par Léa Drucker, sont tout le temps en alerte, elles savent que le danger peut surgir de n'importe où, n'importe quand, et n'épargner personne."

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi des suites de ces violences, et même si les médias en parlent, le sujet reste tabou comme nous l'explique Xavier Legrand. "Les victimes ont peur de se confier, les voisins et les proches ne disent rien, ils ne veulent pas s'immiscer dans un couple, une histoire privée. Le secret reste lourd. Je ne voulais pas en parler à la manière d'un dossier d'actualité. Comme dans Avant que de tout perdre, je désirais sensibiliser le public à ce drame en le traitant avec les armes du cinéma qui me passionne depuis toujours, celui d'Hitchcock, d'Haneke ou de Chabrol, un cinéma qui fait participer le spectateur en jouant avec son intelligence et avec ses nerfs."