Alice Comedies 2

2017

Etats-Unis

0h40

de Walt Disney.

A partir de 3 ans


Après le succès du premier volume, retrouvez Alice dans quatre nouvelles aventures, un régal pour petits et grands avec pour ce nouvel opus une bande originale composée par l'Orchestre de Chambre d'Hôte (OCH) et Manu Chao ! 
JOUR DE PÊCHE - Musique de l'OCH (l'Orchestre de Chambre d'Hôte) Alice s'échappe en douce avec sa bande de copains pour une partie de pêche pleine de surprises: mais elle se retrouve au Pôle Nord avec les esquimaux ! 
LA MAGIE DU CIRQUE - (OCH) Alice et son ami Julius jouent les équilibristes et le lion croque le dompteur ! C'est un cirque de folie ! 
L'OUEST MOUTONNEUX - (OCH) Alice repart à la conquête du Far West et nous refait l'attaque de la diligence.  Avec l'apparition d'un nouveau méchant: Pat Hibulaire !
ALICE JOUEUSE DE FLÛTE - Musique de Manu Chao Une interprétation très libre du Joueur de flûte de Hamelin : mais Alice et Julius se confrontent à des souris.. pas si bêtes que ça…  


La petite histoire

 Alice Comedies est une série de courts-métrages d'animation produits par Walt Disney de 1923 à 1927. Il s'agit des débuts de sa carrière à Hollywood ainsi que du studio d'animation Disney, aujourd'hui appelé The Walt Disney Company. 

Walt Disney puise l’idée des Alice dans une série de cartoons des frères Fleischer, Out of the Inkwell, dans laquelle des personnages animés quittent le monde animé pour s’inviter dans la réalité. Il inverse le concept et projette, lui, une actrice chez les toons. Il embauche ainsi une petite fille de quatre ans, Virginia Davis, pour jouer Alice. Elle a pour mission de découvrir le pays virtuel de "Cartoonland".
Alice Comedies totalise 57 courts-métrages muets en noir et blanc qui mêlent animation et prises de vue réelles. 

Walt Disney habite encore à Kansas City lorsqu'il crée le studio d’animation Laugh-O-Gram Films. Aidé par son ami Ub Iwerks, il réalise avec beaucoup de difficultés six petits cartoons. Tous sont des adaptations modernes de contes de fées et constituent une série dénommée Laugh-O-Grams. Il entreprend ensuite de réaliser Le Monde merveilleux d’Alice (Alice’s Wonderland). Il puise l’idée dans une série de cartoons des frères Fleischer Out of the Inkwell, dans laquelle des personnages animés quittent le monde cartoonesque pour s’inviter dans la réalité. Mais l’entreprise connaît de graves difficultés financières et se voit harcelée par ses créanciers. Lorsqu'elle fait faillite à l'été 1923, Disney prend un aller simple pour Hollywood avec sous le bras une copie inachevée du Monde merveilleux d’Alice. Il y connaîtra le succès que l'on sait.