Vers la lumière

Hikari

2017

Japon

1h43

de Naomi Kawase.

avec Masatoshi Nagase (Masaya Nakamori), Ayame Misaki (Misako Ozaki), Tatsuya Fuji (Kitabayashi / Juzo), Kazuko Shirakawa (Yasuko Ozaki), Misuzu Kanno (Tomoko / Tokie), Mantarô Koichi (Akitoshi), Chihiro Ohtsuka (ami de Nakamori), Nobumitsu Ônishi (ami de Nakamori)...


Misako aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescriptrice de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe dont la vue se détériore irrémédiablement. Misako (sublime et lumineuse Ayame Misaki), développe un attachement et part à la découverte de cet homme sur le point de perdre ce qu’il a de plus cher. Au-delà du développement de ses personnages, que Kawase suit avec toujours autant de subtilité, livrant de grands moments visuels, Vers la lumière est un film qui parle de cinéma. Par le travail de Misako, et les remarques qu’elle reçoit durant les projections, Kawase exprime comment une oeuvre peut être analysée, et révéler ainsi ses intentions. Cela en exprimant, bien sûr, la nécessité pour son héroïne de ne pas influencer l’imaginaire des spectateurs aveugles, sans pour autant trop délayer. Ainsi, les symboliques du film, décrites par Misako, répondent directement, autant au cinéma de la réalisatrice qu’à la situation de ses personnages. Joliment accompagné par la composition d’Ibrahim Maalouf (notamment au piano), Vers la lumière offre un lot d’émotions qui mène à de grands moments de grâce. Avec toute la subtilité et la délicatesse qui la caractérisent, Naomi Kawase fait de Vers la lumière une de ses plus belles oeuvres.