La fiancée du désert

La Novia del Desierto

2017

Argentine / Chili

1h18

de Cecilia Atán et Valeria Pivato.

avec Paulina García (Teresa Godoy), Claudio Rissi (El Gringo' Miguel Alfredo Corbalán)...


La fiancée, c’est Teresa, une femme de 54 ans. Après avoir travaillé durant des années au service de la même famille, rompue au même quotidien, elle se retrouve contrainte à accepter une place loin de Buenos Aires. Pour s’y rendre, Teresa doit en effet traverser l’immense et hostile désert argentin ! Mais le voyage, au fil des rencontres, pourrait finalement se révéler l’amorce d’une nouvelle vie…

La Fiancée du désert, présenté au dernier Festival de Cannes dans le cadre de la sélection Un certain regard, est le premier long-métrage de fiction pour chacune de ses deux réalisatrices. « Nous avons souhaité réaffirmer l’importance de la quête, du temps qui passe – du travail nécessaire à notre épanouissement afin de trouver la place qui est la nôtre. »


La petite histoire

 Cecilia Atán et Valeria Pivato reviennent sur leurs motivations concernant le projet La Fiancée du désert : 

"Le désert est hostile, et ce voyage renvoie finalement au mythe fondateur du Sanctuaire : Deolinda Correa est morte de soif en traversant le désert avec son bébé dans les bras, mais celui-ci est parvenu à survivre en se nourrissant au sein de sa mère décédée. C’est ici la force de la Nature qui s’impose dans l’adversité, le destin plus fort que la spéculation, l’imprévu comme vecteur du changement. 

C’est dans ce lieu quasi mystique que Teresa va prendre un nouveau départ dans la vie. Elle perd son sac avec toutes ses affaires et cet imprévu l’amène à croiser le chemin du Gringo, un homme charismatique qui va devenir son compagnon de voyage, celui qui l’accompagne dans sa « quête ». Le monde de Gringo se résume à son camion, et face au désert aride, il constitue une figure à la fois rassurante et inquiétante, et c’est ce paradoxe qui fascine Teresa. Au fil de la route et des rencontres, cette femme silencieuse et à l’allure impénétrable reprend peu à peu des couleurs.  

Les lieux et les personnes qui jalonnent son voyage, aussi différents soient-ils, participent comme le Sanctuaire à son ouverture au monde dans toute sa diversité. À une époque où l’on cherche à nous convaincre que tout ce qui n’a pas été tenté dans notre jeunesse ne pourra jamais l’être plus tard, nous avons souhaité réaffirmer l’importance de la quête, du temps qui passe – du travail nécessaire à notre épanouissement afin de trouver la place qui est la nôtre."