Plonger

2017

France

1h42

de Mélanie Laurent.

avec Gilles Lellouche, María Valverde, Noémie Merlant, Ibrahim Ahmed dit Pino...


C’est l’histoire d‘un amour total entre César et Paz.
Paz, photographe espagnole, nourrit une soif de rencontres, d’expériences et de voyages, alors que César, ex-grand reporter de guerre, souhaite à l’inverse s’extraire du tumulte du monde.
Paz est enceinte, cette perspective l’angoisse, l’étouffe. Elle semble s’éloigner chaque jour un peu plus de César, comme obsédée par quelque chose qui lui échappe.
Jusqu’au jour où elle disparait, laissant son enfant et César sans véritable explication. 

"Introspection dramatique d’un couple à la dérive, Plonger, son quatrième film et adaptation très libre du roman, est le plus personnel de Mélanie Laurent." Le Figaro Madame

"Ce film en deux parties aborde avec sensibilité les thèmes de la maternité et de la création artistique, de l'enfermement et de la liberté. Entre romance et drame, on plonge dans ce récit porté par deux excellents comédiens." JDD

La tension est palpable dans ce film dont les images sont envoûtantes. Maria Valverde est une vraie révélation au côté d'un Gilles Lellouche au sommet de son art.


La petite histoire

 Avec Plonger, Mélanie Laurent adapte un livre pour la deuxième fois après Respire. C'est son producteur Bruno Lévy qui lui a parlé du roman, lequel a convaincu la réalisatrice de rencontrer l'auteur Christophe Ono-Dit-Biot qui lui a donné carte blanche pour l’adaptation. Elle explique : "Les thèmes qu’il aborde – les relations hommes/femmes, l’art, l’écologie – m’étaient proches, je me suis emparée du livre autant qu’il s’est emparé de moi. La dernière scène, notamment, qui donne lieu à tant d’interprétations différentes de la part des lecteurs, me fascinait. Ce sont parfois trois pages, trois lignes, trois mots qu’on aime qui donnent envie de faire un film."

Mélanie Laurent a écrit le scénario de Plonger avec Julien Lambroschini, qui avait déjà collaboré avec elle sur Respire. Ensemble, ils ont dû condenser le livre de 500 pages environ en se centrant sur l'essentiel. Ainsi, le film ne montre pas beaucoup la rencontre des deux héros. La cinéaste précise : "Parce qu’il suffisait de les voir heureux ensemble en Espagne avec cette fracture à venir qu’on devine déjà entre eux. Passé ce prélude, la construction en deux parties s’imposait : on devait d’abord s’attacher à Paz, à sa manière d’être et de ressentir les choses puis seulement après, se concentrer sur César en le suivant dans sa quête. On inversait les ressentis du livre."