Marvin

Marvin ou la belle éducation

2017

France

1h53

d'Anne Fontaine.

avec Finnegan Oldfield (Marvin Bijoux), Grégory Gadebois (Dany Bijoux), Vincent Macaigne (Abel Pinto), Catherine Salée (Odile Bijoux), Jules Porier (Marvin enfant), Catherine Mouchet (Madeleine Clément), Charles Berling (Roland)Isabelle Huppert (Isabelle Huppert), Sharif Andoura (Pierre), India Hair (Vanessa)... 


Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père, la résignation de sa mère. Il a fui l'intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l'exposait tout ce qui faisait de lui un garçon «différent». Envers et contre tout, il s'est quand même trouvé des alliés. D'abord, Madeleine Clément, la principale du collège qui lui a fait découvrir le théâtre, et dont il empruntera le nom pour symbole de son salut. Et puis Abel Pinto, le modèle bienveillant qui l'encouragera à raconter sur scène toute son histoire.
Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour créer ce spectacle qui, au-delà du succès, achèvera de le transformer.


La petite histoire

 Marvin ou la belle éducation a pour point de départ le roman autobiographique "En finir avec Eddy Bellegueule" d’Edouard Louis, dans lequel l'auteur parle de son enfance difficile dans un village de Picardie où il subissait les humiliations et la violence de son entourage du fait de ses manières efféminées. Anne Fontaine explique avoir ressenti un lien très fort avec ce livre : 

"J’ai éprouvé presque aussitôt l’envie de m’emparer de son histoire. J’ai voulu lui réinventer un destin, explorer la manière dont il allait se construire après un départ si difficile dans cette famille – et cette France – socialement et culturellement déshéritée ; lui imaginer des rencontres déterminantes à l’adolescence ; bref, prendre de telles libertés que Marvin ne pouvait plus être une adaptation du roman, pourtant puissant."

Anne Fontaine a particulièrement apprécié dans le roman cette idée que des êtres puissent échapper à leur condition. "Comment y parvient-on ? Comment réussit-on à transcender ces difficultés ? Ce sont des questions auxquelles il est facile de s’identifier – elles nous concernent presque tous ; des questions auxquelles, moi, qui suis complètement autodidacte, je m’identifie. Le trajet de Marvin m’a passionnée comme celui de Coco Chanel avant lui – elle aussi a su s’inventer alors qu’elle venait d’un milieu extrêmement précaire", raconte la réalisatrice.