Diane a les épaules

Diane a les épaules

2017

France

1h27

de Fabien Gorgeart.

avec Clotilde Hesme (Diane), Fabrizio Rongione (Fabrizio), Thomas Suire (Thomas), Grégory Montel (Jacques), Alice Butaud (Amélie), Olivier Rabourdin (L'Hypnothérapeute)...


Sans hésiter, Diane a accepté de porter l’enfant de Thomas et Jacques, ses meilleurs amis. C’est dans ces circonstances, pas vraiment idéales, qu’elle tombe amoureuse de Fabrizio...

"Clotilde Hesme est impériale dans cette comédie intrigante et profonde." Studio Ciné Live

"Oscillant entre légèreté et gravité, désinvolture et délicatesse, le ton du film épouse assez  idéalement le parcours émotionnel de ses quatre protagonistes. Clotilde Hesme crève l'écran. Mieux, elle étincelle de charme, de fantaisie, de vivacité et porte le film tout entier."  Positif


La petite histoire

 Diane a les épaules est le premier long métrage de Fabien Gorgeart et s'inscrit dans la lignée des courts métrages du réalisateur qui s'intéressent à la parentalité. Le Sens de l’orientation (2012) racontait ainsi l’histoire d’un homme, interprété par Fabrizio Rongione, qui n’avoue pas à sa petite amie sa stérilité et dans Un chien de ma chienne (2012), Clotilde Hesme incarnait une femme dont la soeur vit une interminable et épuisante grossesse.  

"Diane a les épaules me permet d’approfondir cette thématique à travers une procréation décalée, un peu à part : une grossesse pour autrui… Nous vivons une époque où les territoires se redessinent au sein du couple, de la filiation, de l’appartenance au masculin ou au féminin. L’identité sexuelle n’est plus réduite aux catégories biologiques et les rapports de filiation s'affranchissent du modèle parental dit traditionnel. La société s’en trouve bousculée."

Fabien Gorgeart voit le personnage de Diane interprété par Clotilde Hesme comme étant entre la femme sublime et l’ado dégingandée, totalement libre, n’appartenant à aucun genre précisément et je ne parle pas de genre sexué. "Elle est à mi-chemin entre une héroïne rohmérienne et le Lieutenant Ripley (Alien). C’est notre Sigourney Weaver !", confie le cinéaste.