En attendant les hirondelles

En attendant les hirondelles

2017

France

1h53

de Karim Moussaoui.

avec Mohamed Djouhri (Mourad), Sonia Mekkiou, Hania Amar (Aicha), Chawki Amari, Aure Atika, Hassan Kachach (Dahman), Nadia Kaci, Mehdi Ramdani (Djalil)...


Aujourd’hui, en Algérie, trois histoires, trois générations. Mourad, un promoteur immobilier, divorcé, sent que tout lui échappe. Aïcha, une jeune fille, est tiraillée entre son désir pour Djalil et un autre destin promis. Dahman, un neurologue, est soudainement rattrapé par son passé, à la veille de son mariage. Ces personnages se croisent mais n’ont en commun que d’être à un tournant qui demande du courage. Dans les remous de ces vies bousculées, passé et présent se télescopent pour raconter l’Algérie contemporaine. Avec ce premier long-métrage, Karim Moussaoui nous embarque dans un road-movie à travers les villes, banlieues, déserts et villages, les classes sociales, les us et coutumes et les générations. Le cinéaste exprime sa relation contradictoire aux Algériens, à la fois critique et empathique, sans jugement mais aussi sans complaisance. Sa caméra accompagne les personnages puis les délaisse pour en suivre d’autres. Le film tire son originalité de son côté poétique avec des plans d’une justesse et d’une beauté absolues et des moments sublimes, où la musique joue un grand rôle, et où parfois tout s’anime dans la danse. Un beau mélange d'émotions.


La petite histoire

 Karim Moussaoui a voulu que les histoires racontées dans son film évoluent dans le contexte actuel d'une Algérie sortant d’une décennie sanglante dont les traumatismes sont encore vivaces aujourd’hui. Le metteur en scène explique : "A l’orée du 21ème siècle, l’Algérie sort d’une décennie sanglante dont les traumatismes sont encore vivaces aujourd’hui. De nouveaux modes de vie et de pensée s’installent et nous vivons, en quelque sorte, sans nous soucier de l’avenir, sans perspectives, dans un état d’amnésie heureuse. Mais ce système atteint vite ses limites. Une certaine détresse qui persistait en nous, figée dans le temps, ressurgit." 

Le scénario de En attendant les Hirondelles est porté par une série de portraits d’hommes et de femmes aux prises avec la vie, le quotidien et l’Histoire récente de l’Algérie. Ce sont des personnages ordinaires et les événements auxquels ils sont confrontés sont imaginaires mais vraisemblables, inspirés par la propre observation personnelle de Karim Moussaoui. Ce dernier précise : "Il ne s’agit pas ici pour moi de décrire la société, mais d’évoquer les aspects qui m’interpellent : l’endroit même où le cours du changement est bloqué. J’ai tenté d’examiner tous les possibles auxquels nous sommes confrontés, et comment nous pouvons être créateurs de nos multiples vies."