Le corbeau

Le corbeau

1943

France

1h21

de Henri-Georges Clouzot.

avec Pierre Fresnay (Le docteur Rémy Germain), Ginette Leclerc (Denise Saillens), Héléna Manson (Marie Corbin - l'infirmière), Micheline Francey (Laura Vorzet), Sylvie (La mère du cancéreux), Pierre Larquey (Le docteur Michel Vorzet), Noël Roquevert (Saillens - la maître d'école), Jean Brochard (Bonnevi - le trésorier de l'hôpital)...


Une petite ville française est frappée d'une maladie contagieuse. Des lettres anonymes accusent le docteur Germain d'être l'amant de Laura, la femme de l'un de ses collègues, le docteur Vorzet. Les lettres portent la signature, énigmatique, du «Corbeau». Les premiers soupçons des principaux concernés se portent sur Denise, la fille de l'instituteur chez qui loge Germain, puis sur une jeune perverse, Rolande, et enfin sur Marie Corbin, l'assistante de Vorzet. Bientôt, pourtant, le «Corbeau» désigne tous les notables à la vindicte publique. Qui est-il ? L'enquête de la préfecture ne parvient pas à le démasquer...

"Tourné pendant l’Occupation pour la Continental, firme à capitaux allemands, Le corbeau est le deuxième film d’Henri-Georges Clouzot. Injustement contesté à sa sortie, le film est remarquablement bien construit, distillant un solide suspense permanent avec une indéniable richesse des personnages. Le fond du propos est d’inspirer une certaine prudence dans les jugements. La scène célèbre de l’ampoule électrique qui se balance devant les yeux du docteur symbolise bien ce propos. Le film est servi par une interprétation parfaite. Aux côtés de Pierre Fresnay et de Ginette Leclerc, tous les seconds rôles sont solidement tenus par des acteurs de talent, Pierre Larquey en tête. Le corbeau est un film quasi parfait qui mérite de figurer parmi les plus grands films français, toutes époques confondues." Le Monde