Patti Cake$

Patti Cake$

2017

Etats-Unis

1h48

de Geremy Jasper.

avec Danielle Macdonald (Patti), Bridget Everett (Barb), Mamoudou AthieCathy Moriarty (Nana), McCaul Lombardi (Danny), Patrick Brana (Slaz), Dylan Blue (Drewsky / Master of Ceremonies), Warren Bub (Mr. Bagadella)...


Patricia Dombrowski, alias Patti Cake$, a 23 ans. Elle rêve de devenir la star du hip-hop, rencontrer O-Z, son Dieu du rap et surtout fuir sa petite ville du New Jersey et son job de serveuse dans un bar miteux.
Elle doit cependant s’occuper de Nana, sa grand-mère qu’elle adore, et de Barb, sa mère, une chanteuse ratée et totalement instable.
Un soir, au cours d’une battle sur un parking, elle révèle tout son talent de slammeuse.
Elle s’embarque alors dans une aventure musicale avec Jheri, son meilleur ami et Basterd, un musicien mutique et asocial.

Ce fut la sensation des derniers festivals de Sundance et de Cannes. Les raccourcis un peu hâtifs en font un 8 Mile au féminin. Patti Cake$ c’est aussi et surtout la révélation de Danielle Macdonald. L’Australienne est ovationnée partout où le film est présenté.


La petite histoire

 Patti Cake$ est né dans l’esprit de Geremy Jasper après ses études universitaires. Il vivait alors chez ses parents, s’occupait de sa grand-mère, malade et âgée, se débattant contre les difficultés du quotidien tout en aspirant à faire de la musique.

Très vite, il se rend compte que sa vie risque de lui échapper. Ce sentiment est le fondement de l’histoire de Patti Cake$, une jeune fille qui rêve de devenir rappeuse, mais qui est coincée dans une petite ville du New Jersey et son décor morose. Elle rêve de traverser le pont qui la sépare de New York, la ville de tous les possibles où elle pourrait accéder à la gloire.

Geremy Jasper : « Patti est une version contemporaine et féminine de moi-même dans mes jeunes années. J’ai grandi dans le New Jersey et j’avais envie de fuir cet État. Elle vit ce que j’ai vécu à 23 ans. J’ai tiré partie de ma propre expérience en combinant mes souvenirs, mon éternelle obsession pour le rap, et mon admiration pour ces femmes fortes et remarquables qui m’ont élevé pour créer cette jeune fille pétillante et hors du commun. J’ai voulu rendre hommage aux femmes de ma vie et au New Jersey. »

Pour créer le personnage de Patti, Geremy s’est également inspiré des adolescentes qui jouaient dans l’équipe de basket entrainée par son père. « Elles étaient capables de battre les garçons sur le terrain. Elles étaient dotées d’une force incroyable. Je me suis dit qu’une jeune fille blanche en surpoids d’une petite ville du New Jersey ne correspondrait pas du tout aux normes attendues d’une artiste de hip-hop et cette idée m’a conquis. »

Patti a une vie intérieure très riche, représentée dans des séquences hallucinatoires : la rhétorique hip-hop prend vie dans ses rêves surréalistes. Le réalisateur a toujours été féru de musique. Dans sa jeunesse, il a formé le groupe The Fever. « Chaque nuit, je rêvais que je rencontrais Bob Dylan. On jouait de la musique ensemble et il me bredouillait des paroles de sagesse. Mais chaque matin, je me réveillais chez mes parents. »