Le prix du sucès

Le prix du succès

2017

France

1h37

de Teddy Lussi-Modeste.

avec Tahar Rahim (Brahim), Roschdy Zem (Mourad), Maïwenn (Linda), Grégoire Colin (Hervé), Ali Marhyar (Lenny), Camille Lellouche (Camille), Saida Bekkouche (Wassila), Meriem Serbah (Inès)...


Brahim est un humoriste en pleine ascension. Sa réussite, il la doit à lui-même et à l'amour qu'il porte à Linda. Bon fils, il soutient les siens depuis toujours. Mais pour durer, Brahim doit sacrifier son grand frère, manager incontrôlable. Si l'échec peut coûter cher, Brahim va payer un tribut encore plus lourd au succès.


La petite histoire

 "Je viens d’une famille modeste appartenant aux Gens du voyage. Quand j’ai intégré la fémis, les mots de ma famille étaient violents même s’ils se voulaient pleins d’humour. Si je n’étais pas un enculé, j’offrirais une Porsche à mon père, une Rolex à mon frère… Je pourrais continuer la liste : chacun y allait de son souhait, de son rêve. Moi je savais pourtant que la richesse ne m’attendait pas. Et lorsque j’essayais de le leur expliquer, ils me prenaient pour un menteur. Quand j’ai parlé de ce film à mon frère, il m’a d’ailleurs réclamé de l’argent puisque je parlais de lui et que je le faisais passer pour un guignol. On a commencé par rigoler puis il s’est soudainement mis très en colère et a menacé de m’envoyer des gens sur le tournage.

Le mot « cinéma » rend fou. D’autres mots rendent fou : « musique », « football ». Peut-être parce que je l’avais vécu de l’intérieur, je me suis passionné pour cette série de faits divers que relayait la presse ces dernières années : le chanteur Faudel racontant dans son autobiographie que sa famille l’avait coulé en lingots d’or, le rappeur Rohff donnant rendez-vous à son plus jeune frère un calibre en poche, le footballeur Abdelmalek Cherrad organisant sa propre disparition avec femme et enfant pour fuir la pression familiale, ou bien encore, plus récemment, Karim Benzema et les scandales dans lesquels ses fréquentations passées l’ont fait plonger. Ils sont nombreux. Tous ont en commun un ennemi intérieur, au plus proche, un frère, un père, un meilleur ami. Jamel en a d’ailleurs tiré une vanne : sa famille sont les Ewing de Dallas et lui le puits de pétrole.

Ça, c’est un sujet de cinéma. L’argument tient en une ligne : comment un jeune homme issu d’un quartier périphérique, devenu célèbre, va lutter contre le racket exercé par sa famille et s’éloigner d’eux. Nous voulions, avec Rebecca Zlotowski qui est ma scénariste, parler de cette violence-là, à l’intérieur du groupe, de la famille, de la fratrie – que ce racket passe par une intimidation physique ou bien par un chantage affectif. Dans mon film, les requins les plus dangereux ne nagent donc pas dans le milieu du show-business mais au cœur même de la famille. C’est là en effet que les attentes sont les plus grandes, les rouages les plus pervers, les plus puissants." Teddy Lussi-Modeste