critiques :

Femme actuelle

Un film d'une beauté classique qui prend son temps pour dresser de magnifiques portraits féminins. 

 

La mise en scène est conforme à la belle picturalité du film. Des labours aux moissons, l’air, sûrement, sent l’humus, le bois mouillé, les blés roussis. 

 

A voir à lire

Sur fond de ruralité, Xavier Beauvois signe un film tout de raffinement et de sobriété pour rendre hommage au courage des femmes prises dans la tourmente de la Première Guerre mondiale. 

Lire la critique + 

 

Bande à part

"Les Gardiennes" fait du beau son souci formel, dans une esthétique picturale inspirée à la fois par le clair-obscur de Georges de La Tour et la peinture paysanne de Jean-François Millet. 

Lire la critique + 

 

France Tv

"Les Gardiennes" s’avère l’un des plus beaux films de cette fin d’année et de cette année tout court. 

Lire la critique + 

 

Devant son objectif, Nathalie Baye revient à l’essence de sa vocation et fait oublier qu’elle parut dans le misérable Alibi.com. Les autres, les gueux, les inconnus, la caméra les pare tout autant d’une grandeur qui fait chaud au cœur. 

 

La Grande Guerre vue de l'arrière, côté femmes, dans un film qui rend à celles-ci tout ce qui leur revient. 

 

Dès qu'il pose sa caméra sur le personnage de Francine, incarnée par Iris Bry, orpheline embauchée comme renfort à la ferme et qui s'éprend d'un des fils de la patronne, Beauvois trouve son sujet, et son film, sous le double parrainage de Pialat et de Truffaut. 

 

Une fois de plus magnifié par la photographie de Caroline Champetier, le film est aussi l’écrin d’une découverte : la jeune Iris Bry, qui joue Francine, (...) le genre de personnalité qui suffit à redéfinir complètement la complexe nature d’un film par la seule intensité de leur surgissement. 

Lire la critique + 

 

Avec "Les Gardiennes", Xavier Beauvois restitue les réalités d'il y a un siècle, mais regarde également notre époque droit dans les yeux. 

 

Beauvois, Bry, Champetier, trois bonnes raisons de découvrir ce beau film. 

 

Xavier Beauvois et son opératrice Caroline Champetier filment magnifiquement les visages : Laura Smet (la fille aînée), Cyril Descours (le fils cadet) n’ont jamais paru aussi vulnérables et vrais. 

Lire la critique +