critiques :

Avec des films de cette tenue, le cinéma, lui, se porte comme un charme ! 

 

Au-delà des choix formels parfaitement maîtrisés (...), il convient de saluer la justesse des comédiens (...). On insistera également sur la qualité d'un scénario qui mêle les moments de violence et les élans de solidarité sans jamais perdre de vue son fil conducteur. 

 

Télérama

Malgré quelques outrances (la femme vengeresse), le film reflète brillamment une société sans foi ni loi, dont les membres se demandent, éperdus, quand a débuté l’indifférence qui, aujourd’hui, les submerge. 

Lire la critique + 

 

Transfuge

Si certaines histoires s'avèrent plus crédibles que d'autres, la mise en scène de Komandarev dans l'espace exigu des véhicules, le réalisme qu'il insuffle à travers sa caméra portée, les plans-séquences successifs et le Sofia nocturne quasi désert dépeignent les tourments et les désillusions d'une Europe de l'Est.