No dormiras

2018

Espagne / Argentine / Uruguay

1h46

de Gustavo Hernandez.

avec Eva de Dominici (Bianca), Belén Rueda (Alma Böhm), Natalia de Molina (Cecilia), Juan Manuel GuileraSusana Hornos (Dora), Miguel Angel MacielGermán PalaciosJoche RubioEugenia TobalMaría Zabay...


1984. Dans un hôpital psychiatrique abandonné, une compagnie théâtrale menée de main de maitre par Alma, expérimente une technique extrême de jeu. En privant ses comédiens de sommeil, Alma prétend les préparer à donner le meilleur d’eux-mêmes. Au fur et à mesure des jours d’insomnie, les acteurs ressentent des choses de plus en plus étranges… Bianca, jeune actrice en compétition pour le rôle principal, tente de percer les secrets de cet étrange endroit et devient bientôt l’objet de forces inconnues...


La petite histoire

 No dormiràs est né d'une expérience personnelle de Gustavo Hernandez. Après des nuits d’insomnies, où ses sens étaient devenus plus vifs et la perception de son environnement plus aiguë, le metteur en scène a commencé à faire des recherches sur les répercussions du manque de sommeil sur le cerveau et le corps. Il a alors trouvé qu’il serait intéressant de partir du postulat d’une veillée extrême et prolongée. 

Les thèmes principaux que l'on retrouve dans No dormiràs sont les limites de l’art et les sacrifices qu’un artiste doit faire pour créer son oeuvre. "C’est quelque chose qui me hantait depuis longtemps et j’avais besoin d’en faire un film. Un artiste est dans une démarche de recherche constante, pour évoluer et créer une oeuvre unique, mémorable. Je pense que le sacrifice est propre à tous les grands artistes", raconte Gustavo Hernandez

No dormiràs s’inspire de faits réels et de vraies personnes. Il s'agit d'une fiction mais avec un peu de vérité. Gustavo Hernandez explique : "Evidemment je n’aime pas les expériences extrêmes qui ont un impact trop violent sur les acteurs et les spectateurs. En revanche je crois au risque que prend l’artiste pour le bien de sa création. Le public cherche aussi de nouvelles expériences qui les surprennent, qui les touchent et comme le dit Alma Böhm dans le film : "C'est comme au cirque. Nous allons au cirque pour voir le funambule.Il ne doit pas mourir, mais s'il a un filet, on voudra se faire rembourser. Il doit tout risquer. Et s'il tombe, on ne détournera pas les yeux.""