critiques :

Tout de suite, la beauté est là. Cette grande demeure italienne aux volets clos, perdue dans la campagne, noyée dans une brume estivale est une apparition magique pour le spectateur, mais aussi pour le jeune partisan qui la contemple, un jour de l'année 1943. 

 

On retrouve, dans la quête du jeune Milton, cette façon de lier des destins personnels à un arrière-plan historique qui a fait la force de précédents films des réalisateurs. 

 

Les frères Taviani adaptent un roman de Beppe Fenoglio et renouent avec la force poétique de leur oeuvre la plus célèbre, "Padre, Padrone" où la terre sarde servait de cadre à une émancipation rocambolesque pendant la Seconde Guerre mondiale. 

 

Une leçon de vie belle comme l’espoir. 

Lire la critique  

 

France Tv

Jouant de retours en arrière bien articulés, image d’un âge d’or disparu confronté à un présent chaotique, Vittorio et Paolo Taviani distillent une ultime fois leur art de conteurs, au croisement de l’histoire et d’un destin personnel. 

Lire la critique  

 

La réalité se défait en une série de plans qui seraient presque des tableaux s’ils n’étaient pas instables (...). Et toujours le brouillard finit par s’abattre, pour faire douter des distinctions entre les camps, de la justesse des décisions et des impulsions. Paolo et Vittorio Taviani ne glissent pas pour autant dans le relativisme.