critiques :

Sans provoquer ni chercher à contredire son interlocuteur, le réalisateur pose des questions simples. 

 

Sans oublier de faire du cinéma, la caméra et l’œil aguerri de son auteur confèrent à ce passionnant plaidoyer écologique une belle facture esthétique. 

 

Les Inrocks

La force du documentaire est de rendre compte de cet enlaidissement sans l’esthétiser et de se placer sous les arbres plutôt qu’au-dessus. À hauteur d’homme, le film fait sentir la forêt autant qu’il donne la parole à tous les acteurs de la sylviculture industrielle, de ses exploitants aux défenseurs d’alternatives aux méthodes intensives. 

Lire la critique  

 

C’est du cinéma, pas un pamphlet, mais par là combien plus efficace. 

 

Libération

Avec subtilité, ce documentaire édifiant se penche sur l’essor destructeur de la filière du bois en France. 

Lire la critique  

 

Un premier film documentaire coup de poing. 

 

Rempli d’images imposantes (les plans qui montrent d’assourdissantes machines dévaster l’environnement évoquent le cinéma de James Cameron), ce documentaire clairvoyant révèle à quel point la production du bois et l’exploitation forestière sont des sujets d’intérêt général qui conditionnent d’ores et déjà les paysages du futur.