critiques : 

 

Info du Jour

« Mademoiselle de Joncquières » et les liaisons dangereuses 

Lire la critique  

 

Bande à part

Une passionnante et moderne radiographie des amours assassines au XVIIIème siècle. 

Lire la critique  

 

Cultureaupoing

"Mademoiselle de Joncquières" est un film en état de grâce. 

Lire la critique  

 

A voir à lire

L’élégance des mots rivalise avec l’élégance des décors pour nous conter délicatement cette exquise histoire de vengeance sur fond de féminisme. 

Lire la critique  

 

Critikat

Emmanuel Mouret est ici au sommet de son art, où, plus que jamais, la délicatesse des sentiments s'exprime par une symphonie de formes raffinées. 

Lire la critique  

 

France Tv

"Mademoiselle de Joncquières" vaut ainsi pour beaucoup par son texte et son interprétation. 

Lire la critique  

 

La mise en scène académique s’efface derrière le jeu délicat des acteurs – Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaac et Laure Calamy – qui s’amusent avec le phrasé désuet de l’époque, entre pouvoir, trahison et manipulation. 

 

On se réjouit et on se régale de cette variation brillante et cruelle des jeux de l'amour, aussi bien écrite que jouée. 

 

La Croix

Si les dialogues se savourent avec délice, les scènes muettes et les ellipses – deux livres posés l’un sur l’autre suffisent à évoquer une scène d’amour – ravissent l’imagination du spectateur. 

Lire la critique  

 

La Voix du Nord

Un marivaudage plus complexe qu’il n’y paraît, bercé par l’amour des lettres. 

Lire la critique  

 

Auteur et interprète, Emmanuel Mouret s'est souvent mis en scène en amoureux candide et hésitant dans des comédies sentimentalo-burlesques un rien coquines. On ne s'étonne pas que le XVIIIe siècle le tente. Il adopte son plumage et son ramage avec un plaisir évident dans sa première comédie en costumes qui a tout du pastiche, Mademoiselle de Joncquières. 

 

Dans des décors somptueux et avec un sens du cadre aussi sobre qu’élégant, le réalisateur orchestre une guerre des sexes jubilatoire, où la cruauté le dispute à la candeur, la rancœur à la passion. 

 

Emmanuel Mouret adapte avec bonheur un épisode du roman « Jacques le Fataliste » de Diderot. 

 

Le Parisien

Pour incarner les deux principaux personnages, le duo Cécile de France/Edouard Baer était l’alchimie idéale… 

Lire la critique  

 

Le meilleur film d’Emmanuel Mouret qui, en arrêtant d’exhiber un désir de maîtrise, libère sa mise en scène de son ancien “puritanisme” formel. Il réussit ainsi à nous faire partager son plaisir sensuel d’écouter parler les autres (ses personnages). 

 

Cécile de France est formidable face à un Edouard Baer plus mélancolique que d'habitude. 

 

Coup de chapeau à Édouard Baer et Cécile de France dont l’interprétation très organique dérange habilement ce langage surplombant et délicieux qui émane à la fois du 18ème et de l’ADN du cinéaste.  

 

Télérama

La mise en scène est d’une élégance surprenante. 

Lire la critique  

 

"Mademoiselle de Joncquières" ou quand Emmanuel Mouret réinvente l’art de la conversation dans une adaptation très réussie de Diderot.