critiques :

Un thriller psychologique d'une grande force émotionnelle, superbement joué et réalisé. 

 

Parfaitement maîtrisé dans sa structure, sa mise en scène et sa narration, "Todos lo saben" donne pourtant le sentiment que les personnages comme le spectateur sont libres et donc responsables de leurs jugements, de leurs décisions et de leurs actions. 

 

Ashgar Farhadi creuse son oeuvre de cinéaste du dérèglement intime et du désordre social. Dans le cadre d'un petit village espagnol, il en resserre avec une rigueur implacable le noeud dramatique. 

 

la voix du Nord

Avec son nouveau film qui sort ce mercredi et fait également l’ouverture du Festival de Cannes ce mardi, l’Iranien Asghar Farhadi continue d’ausculter le poids que le secret et le passé font peser sur les êtres. Une leçon de cinéma. 

Lire la critique  

 

Comme toujours, le réalisateur aux deux Oscars a veillé à injecter du mystère dans son intrigue. Filmant au plus près ses personnages en crise, il sème les indices et l’ambiguïté pour créer le trouble. La tension monte jusqu’au règlement de comptes. 

 

C'est du cinéma virtuose, intelligent et… cruel. 

 

Sans doute parce qu'il ne maîtrise pas le cadre ibérique, Farhadi se contente de livrer un thriller psychologique, là où la pincée morale faisait d'habitude le sel de ses films. Cela dit, dans le genre vu et revu par d'autres, c'est très brillant. Largement au-dessus du panier, même. 

 

Marchant sur les traces d'Hitchcock et de Bergman, le cinéaste signe un cluedo psychologique étouffant, où ses deux stars, sans fard et au jeu sobre, sont au sommet de leur art. 

 

Première

Des stars, l’Espagne et un suspens bergmanien : Farhadi pose ses caméras loin de l’Iran pour mieux réaffirmer son style et ses obsessions. 

Lire la critique  

 

Télérama

Le cinéaste confirme par ailleurs qu’il est aussi un formidable directeur d’acteurs, malgré la barrière de la langue. 

Lire la critique