critiques :

Cette victoire des « super-enfants » et des explorateurs de tout poil suffit déjà amplement à toiser d’autres meutes bien moins téméraires et à conjurer, pour un bref moment d’enchantement, le cynisme de l’époque. 

 

CinémaTeaser

Un conte dont la splendeur et le foisonnement esthétiques n’ont d’égal que la férocité politique. 

Lire la critique  

 

France Tv

Wes Anderson réussit une grande œuvre esthétique d’une rare beauté. Elle est habitée d’un sens en phase avec son temps qui lui donnera la pérennité, synonyme de modernité. 

Lire la critique  

 

la voix du Nord

Wes Anderson signe une splendide fable fantaisiste, à la fois dérangeante et humaniste. 

Lire la critique  

 

À la richesse de son imagination (....), Anderson ajoute un humour irrésistible, une poésie tout en finesse, un réjouissant ton caustique. 

 

Libération

De fait, ce film virtuose d’animation stop-motion (...) reflète l’habituelle maniaquerie ébouriffante du réalisateur, mais s’étoffe tout à la fois d’une poignante épopée picaresque, d’un brûlot politique, et d’un manifeste antispéciste où les chiens se taillent la part du lion. 

Lire la critique  

 

Paris Match

"L’Ile aux chiens" est un régal visuel de tous les instants. On pourrait se perdre à l’infini dans ce Japon réinventé qui fourmille de détails, d’idées de mise en scène, d’hommages discrets ou tonitruants à la culture nippone - notre préféré restant la mise en scène de la légende façon théâtre Kabuki. 

Lire la critique  

 

A voir à lire

Une aventure canine pleine de fantaisie, au sous-texte politique savoureux. 

Lire la critique  

 

Bande à part

Une malle au trésor tordante et émouvante qui ravit les mirettes. 

Lire la critique  

 

Culture au poing

Une fable foisonnante, touchante et ludique pour une grande réussite de plus de Wes Anderson. 

Lire la critique  

 

Wes Anderson réussit à retranscrire avec brio son univers singulier, dans ce film de marionnettes des plus ambitieux et magnifié par un casting vocal cinq étoiles. 

 

Un film d'aventures captivant et une fable politique et écologique bien menée. 

 

Un conte ancien et moderne, éternel, qui dresse un pont entre le cinéma insulaire d’Anderson qui menaçait un jour d’être englouti et le monde extérieur, celui d’un public ébloui et reconnaissant. 

 

Le Texan observe toujours ses personnages avec un regard généreux et amical. 

 

Avec son habituel humour à froid et son goût pour les univers aussi poétiques que décalés, le réalisateur choisit l’animation (élégante et originale) pour nous conter une fable au poil sur l’intolérance de notre monde et la force de l’amitié. 

 

La plus grande beauté de L’Ile aux chiens réside toutefois dans son rendu plastique, ayant la richesse d’une grande symphonie de formes et de matières. 

 

Ce plaidoyer antispéciste en faveur de l'impureté et de la désobéissance civique a la robe soignée mais le poil dru. 

 

Un film poilant, mordant, et qui a un chien fou ! 

 

À partir d’un canevas classique (quête initiatique et aventures burlesques), Wes Anderson tisse un récit sans schématisme, d’une beauté plastique et d’une acuité psychologique remarquables. 

 

Anderson n’est peut-être pas le plus politisé des cinéastes, mais la vulgarité, la bêtise, la malhonnêteté ne sont pas de son monde. C’est dire si le spectacle que lui offre notre époque semble le dégoûter. Et combien "L’Ile aux chiens" est bel et bien le reflet fidèle et aiguisé de notre présent. 

 

Un film d’animation qui offre un terrain idéal aux savoir-faire de son auteur, avec des acteurs très en voix. 

 

"L'Île aux chiens" demeure une expérience sensorielle assez rare, servie par un réalisateur en phase avec son sujet, et soutenue par un casting de voix globalement exceptionnel. 

 

Une fable politique mordante. 

 

Un contenu gentiment polémique, des trouvailles, un design de qualité... Du grand Wes Anderson. 

 

(...) dans son joli théâtre de marionnettes, Anderson rend un hommage pétillant à un archipel merveilleux, aussi réel que rêvé. 

 

Première

Truffé d'idées visuelles, d'action, d'humour et nimbé de mélancolie, le film puise dans sa noirceur une joie contagieuse. 

Lire la critique  

 

Une épopée merveilleusement réalisée sur (et avec !) nos fidèles compagnons à quatre pattes. 

 

Entre douceur et violence, « L’île aux chiens » déploie une subtile narration, pleine d’humour et d’épines, où se dessine sans mal le sort des réprouvés du monde. 

 

Télérama

Ségrégation, maltraitance, corruption : avec cette fable animalière inventive, le cinéaste américain réussit un film politique haletant et foisonnant. 

Lire la critique