critiques :

Info du jour

Père et fils, « Comme des rois »

Lire la critique  

 

Un film attachant et émouvant sur la transmission, entre comédie et drame social, porté par un duo d'acteurs épatants. 

 

A voir à Lire

Une réflexion tendre et grave à la fois sur la paternité et la transmission. 

Lire la critique  

 

France Tv

Xavi Molia, scénariste et réalisateur, mène de main de maître son récit, dans sa construction et son évolution, avec un Kad Merad remarquable. 

Lire la critique  

 

Kacey Mottet Klein émeut dans Comme des rois et confirme qu'il est un grand acteur. 

 

Xabi Molia est un romancier singulier, auteur notamment d'une "histoire des super-héros français" intitulée "les Premiers" (Points Seuil). C'est aussi un cinéaste délicat, intelligent et sensible. 

 

Un éblouissant duo dans une percutante et complexe relation père-fils. 

 

Xabi Molia (...) ne tente rien d'autre que d'insuffler énergie et empathie à un récit à bonne vitesse - et le réussit. Les personnages existent, la relation père/fils fait beau au coeur, voire mouiller les yeux, l'intrigue sait ménager ses effets sans gonfler des chevilles. 

Lire la critique  

 

(...) sans jamais céder ni à l'emphase ni à la sensiblerie, Xabi Molia livre un récit nerveux et cocasse qui radiographie avec un sourire amer les réalités sociales dans lesquelles évoluent ses personnages. 

 

Xabi Molia a le don pour s'aventurer dans les méandres du cinéma social sans se noyer dans un océan de bonnes intentions sirupeuses. 

 

Kad Merad, tout en énergie et en anxiété rentrée, figure paternelle à la fois touchante et ambiguë, trouve en Joseph l’un de ses grands rôles. 

Lire la critique  

 

Loin de tout misérabilisme, Xabi Molia mêle chronique sociale et comédie douce-amère, osant l'humour sans pour autant perdre de vue les conditions de vie difficiles d'une partie de la population française. 

 

Paris Match

Cinéaste, Xabi Molia est aussi écrivain, et son style riche, entre drame, burlesque et baroque, convient parfaitement à cette histoire d’une relation père-fils, entre un escroc à la petite semaine qui veut préserver coûte que coûte l’illusion du bonheur et un ado qui rêve de faire l’acteur. 

Lire la critique  

 

Un hymne aux éclopés de la vie, porté par Kad Merad et Kacey Mottet Klein, qui confirme la singularité du cinéma tendre et social de Xabi Molia.