critiques :

A voir à lire

Quand une justice décomplexée déshabille sans tabou nos sociétés, on s’enivre d’un vent de liberté que l’on croyait à jamais disparu. 

Lire la critique  

 

Un documentaire choc sur l’état du crime et de la justice. 

 

La Croix

Ni juge, ni soumise fait défiler un échantillon d’humanité qui échoue dans le bureau de cette juge, elle-même hors norme. Toutes les occasions où elle apparaît sont cocasses, nature et, par moments, inquiétantes sur l’administration de la justice belge. 

Lire la critique  

 

Au fil des séquences - l'exhumation d'un cadavre est l'une des plus surréalistes -, on rit beaucoup et pourtant les dossiers de la juge sont terribles (vols à l'arraché, viols, meurtres…). Les images de Ni juge ni soumise montrent que la réalité est souvent beaucoup plus forte que la fiction. 

 

Folie douce à tous les étages dans ce film rentre-dedans où la figure extravertie de la magistrate s’avère être de la trempe de certains comédiens belges comme Benoît Poelvoorde ou Yolande Moreau. Rien ni personne ne sort indemne de ce jeu de massacre documentaire. 

 

Télérama

A chaque instant, le sordide côtoie la misère humaine la plus noire… « C’est souvent dans l’histoire d’un crime qu’on peut voir à la loupe la société dans laquelle on patauge », tel est le credo des réalisateurs de cette ­variante belge et surréaliste du Délits flagrants de Raymond Depardon. 

Lire la critique  

 

Pendant trois ans, les réalisateurs de Strip-Tease, l’émission culte de la télé belge, ont suivi cette femme au caractère affirmé au cours de ses enquêtes, auditions, visites de scènes de crime, ou relâchant la pression au volant de sa 2CV bleue. Son franc-parler réjouissant permet une bonne dose d’humour très noir.