critiques :

Bande à part

Dans une région reculée d’Iran, un homme tente de résister à la corruption généralisée, jusqu’au moment où il doit choisir son camp : opprimé ou oppresseur. Implacable, glaçant et magnifique. 

Lire la critique + 

 

La Croix

Un réquisitoire implacable contre la corruption en Iran. 

Lire la critique + 

 

Un film qui a le courage de son personnage et de son réalisateur, et qui offre la réponse la plus cinglante à une corruption généralisée : celle de la beauté et de la liberté de création. 

 

Lauréat du prix de la sélection cannoise Un certain regard, le cinéaste iranien menacé de prison Mohammad Rasoulof persiste et signe un conte moral et politique du plus beau noir. 

 

La réussite d'Un Homme intègre réside dans la simplicité de sa narration dépourvue d'ostentation, dans la sécheresse de son montage et surtout dans la complexité du tableau que brosse le cinéaste. 

 

Télérama

Un grand film. 

Lire la critique + 

 

France Tv

Mohammad Rasoulof fait preuve de courage avec "Un homme intègre", ce qui lui vaut aujourd’hui d’être privé de liberté dans ses déplacements et son travail de cinéaste, en raison de sa propre intégrité. Poignant. 

Lire la critique + 

 

Impeccable, la distribution contribue à la véracité de l'histoire. Reza Akhlaghirad se fond complètement dans la peau de son personnage. 

 

Dans cette chronique sombre et kafkaïenne, on lit la rage contenue et la détermination absolue sur le visage rugueux de son acteur, double d’un réalisateur muselé par la censure. 

 

Dans la forme, la réponse qu’apporte le scénario de Rasoulof est d’une habileté étourdissante. Sur le fond, elle n’incite guère à l’optimisme. 

 

Un grand film. 

 

Libération

Filmer l’intégrité, sa rudesse pierreuse, sans que le personnage se transforme en insipide héraut du bien : tel est l’un des enjeux relevés haut la main par Mohammad Rasoulof. 

Lire la critique + 

 

Paris Match

Si vous voulez sortir des éternels clichés montrant les « spoiled babies » de Tehéran, enfants gâtés qui semblent s’amuser joyeusement sous la dictature des mollahs, eh bien allez voir ce film. 

Lire la critique +