critiques :

Critikat

Par ces allers-retours entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, Makala embrasse presque d’un trait de plume, la filiation d’un esclave moderne du capitalisme mondialisé aux héros de nos mythes les plus universels. 

Lire la critique + 

 

Toujours dans l’action, sans commentaire superflu, juste quelques dialogues épars. Bouleversant. 

 

Les Inrocks

On a presque la sensation de participer, de transpirer et de s'essouffler avec le personnage. Si la grandeur du cinéma réside dans sa puissance d'incarnation, de dévoilement, de renouvellement du regard, alors on sait que "Makala" est grand dès ses premières minutes. 

Lire la critique + 

 

Attaché au réalisme le plus sincère, Emmanuel Gras s’empare des magnificences des lumières alentour, astres et phares, composant des cadres superbes. 

 

Libération

Emmanuel Gras fait plus que de documenter une réalité extérieure (...). Puisqu’il est un vrai cinéaste, il sublime cette réalité en révélant sa part d’étrangeté, de grandeur ou même de beauté, et il élève son personnage à hauteur de mythe en faisant résonner la condition humaine en ce seul être, sorte de Sisyphe incarné en un miséreux prolétaire africain. 

Lire la critique + 

 

Image somptueuse, cadrages soignés, lumière naturelle choisie et quelques notes de violoncelle qui suggèrent une dimension existentielle. Emmanuel Gras ose la beauté de l'humain et de la matière pour filmer le travail (...). 

 

A voir à lire

Scrutant au plus près le labeur d’un travailleur africain, le réalisateur signe un documentaire digne et formellement audacieux. 

 

Bande à part

Après les champs et les vaches à 360 degrés de "Bovines", Emmanuel Gras trace sa route pour filmer une autre marche. Sur un autre continent. Dans un autre monde. Et pourtant nous partageons la même planète. "Makala" ou un périple documentaire fascinant. 

Lire la critique +  

 

Culture au poing

Emmanuel Gras offre un témoignage sur le travail ouvrier et ses difficultés, met en évidence le fossé qui se trouve entre le producteur et le consommateur. 

Lire la critique + 

 

Emmanuel Gras transcende les frontières entre réel et fiction avec son documentaire « Makala » racontant l’épopée d’un villageois qui part à la ville vendre son charbon de bois dans l’espoir de donner un avenir meilleur à sa famille. 

Lire la critique + 

 

Grand prix de la Semaine de la Critique, "Makala" se mérite. C'est un film aride, contemplatif et néanmoins incisif sur un Sisyphe de la misère en Afrique. Tout y est vrai et cinématographique. 

 

Paris Match

Ce documentaire épique et déchirant du réalisateur de « Bovines » sidère par sa beauté formelle entre road-movie onirique et quête initiatique. 

Lire la critique + 

 

Télérama

A chaque instant, on sent le cinéaste se poser des questions : comment filmer Kabwita sans l’humilier ? Comment l’aider ? La tendresse de son regard est la meilleure des réponses. 

Lire la critique + 

 

Entre thriller social et chronique métaphysique, "Makala" brûle de l’essence noire de son titre. Il en a l’éclat ténébreux et la dureté, qui est aussi celle de la vie de Kabwita, héros d’un voyage harassant.