Entretien avec Stephan Komandarev, réalisateur

Comment avez-vous imaginé d’une part les personnages et les situations qu’ils traversent : la vengeance de la femme chauffeur, le prêtre chauffeur de taxi qui cherche à convertir ses passagers, celui du début qui va aller au meurtre par désespoir etc. Sont-ils inspirés de personnages bien réels ? Avez-vous vous même rencontré certains de ces chauffeurs à Sofia ?

La réalité c’est que nous avons écrit 11 versions du scénario. La plupart des personnages et des situations sont vraiment inspirés par des histoires vraies et par de vraies personnes, néanmoins pendant ce long procédé d’écriture et de réécriture, on a changé beaucoup de choses : au début c’était de la pure réalité. On a gardé le sens de cette réalité mais les choses ont évolué.

J’ai rencontré plusieurs chauffeurs de taxi. On a même eu deux chauffeurs de Sofia qui ont été comme des consultants sur le film. Ils ont lu les différentes versions du scénario. Ils nous ont donné beaucoup de conseils. Nous avons discuté ensemble de toutes les situations présentes dans le scénario. Ils nous ont donné leur approbation totale sur le scénario final qui pour eux, était conforme à la réalité. Mais certaines des histoires du film sont totalement réelles : la première par exemple avec ce chauffeur qui tue le banquier, s’est passé il y a deux ans. C’est un événement qui a été beaucoup discuté dans tous les medias bulgares. Cette histoire-là est restée dans le film. Et beaucoup d’autres histoires/faits divers ont été des sources d’inspiration pour notre film.

Ces moments difficiles qu’ils vivent, est-ce particulièrement propre aux chauffeurs de taxi à Sofia ou font-ils écho à des situations similaires en Europe ?

Oui toutes ces histoires sont typiques de Sofia mais moi ce que j’ai beaucoup aimé de toutes les réactions que le film a provoqué à Cannes, c’est que beaucoup de critiques ont écrit que ces histoires-là sont typiques de Sofia mais qu’on pourrait vraiment les croiser dans tous les autres pays d’Europe !

Comment ont été choisis les lieux ? Certains lieux de Sofia étaient-ils prépondérants pour vous et ont-ils pu même inspirer des situations du film ?

Non. D’abord nous avons eu le scénario. Les situations étaient claires et après nous avons commencé un long processus pour choisir les lieux de tournage. Ça nous a pris une demi-année. Chaque soir avec mon directeur de la photographie et le directeur artistique, quartier par quartier, nous avons traversé tous les lieux de Sofia. Nous avons fait quelque chose comme 12 000 kms avec ma voiture dans la ville pendant 6 mois pendant la nuit pour que nous puissions choisir les différentes nuances de Sofia. Nous voulions à la fois le centre, mais aussi toutes les périphéries de la ville, les ghettos de Sofia. Nous voulions avoir tous les différents aspects de cette ville. Néanmoins nous savions que certaines histoires devaient se situer dans le centre comme celles reliées à cet hôpital cardiologique du centre de la ville. Il y avait aussi cette histoire de la femme chauffeur de taxi où là nous devions partir de l’aéroport pour aller dans les quartiers périphériques, donc c’était vraiment un processus de 6 mois de repérages dans la ville...

Comment avez-vous installé les caméras dans les taxis ? Avez-vous même fabriqué de faux taxis? 

Nous avons eu seulement une caméra, une Alexa mini qui était entre les mains du directeur de la photo. Cette caméra entrait et sortait avec les comédiens des taxis. Les taxis étaient réels, ils appartenaient à la compagnie Yellow Taxis qui est devenue partenaire du film. Ces taxis travaillaient pendant la journée comme vrais taxis et la nuit nous les utilisions pour le tournage de notre film.

Le choix de tourner chaque épisode en plan séquence ?

C’était une question que nous avons beaucoup discutée avec mon directeur photo Vesselin Hristov. L’idée principale était de garder le goût de la réalité et de l’authenticité dans le film. Le plan séquence nous semblait la meilleure solution pour garder cela. Voilà pourquoi nous avons pris cette décision. C’était beaucoup plus difficile mais quand même j’étais très content de ce choix de tournage. C’était quelque chose de nouveau pour moi et pour les comédiens mais je suis très heureux du résultat final !

Quelles ont été les scènes les plus difficiles à réaliser et pourquoi ?

Toutes les scènes étaient en fait difficiles, en particulier la toute première séquence qui est la seule de jour dans le film. Dans la journée la circulation à Sofia est très importante et dense : c’était le week-end des élections présidentielles à Sofia ! Donc il y avait une double difficulté pour les comédiens : Ils devaient à la fois prétendre conduire un taxi tout en le faisant dans les pires conditions vu le trafic intense qu’il y avait dans Sofia !

Il y avait aussi cette séquence très dure du suicide sur le pont car il s’agissait d’un plan séquence de 19 minutes très long donc et il a fallu pour la tourner trois cadreurs : un pour manier la caméra dans la voiture, un sur le pont et un sur une grue, face au pont. Mais chaque scènes avait ses difficultés propres comme celle où le chauffeur de taxi essaie de tromper son client le juriste avec l’addition : il fallait faire du maquillage pendant le tournage de cette scène avec le chauffeur qui devait avoir le visage ensanglanté et mon chef maquilleur ne disposait que de 15 secondes pour faire le maquillage sanglant du chauffeur pendant que la caméra se tournait vers le comédien qui faisait le juriste dans le taxi !

Nous avons fait beaucoup de répétitions avant. Nous avons tourné une première fois tout le film avec une petite caméra, les comédiens et les taxis. Nous avons fait le montage qui était de 1h45 avant le tournage principal ! Nous avons regardé cette version du film avec mes comédiens et toute l’équipe. Nous avons discuté tous ensemble de beaucoup de choses et ça nous a beaucoup aidé avant de commencer le « vrai tournage ».

(Dossier de presse)