Entretien avec Hugh Welchmann

Comment êtes-vous arrivé sur le projet ?

Je suis d’abord tombé amoureux d e Dorota – nous sommes aujourd’hui mariés – et ensuite je suis tombé amoureux de son projet. Étant donné que je suis réalisateur et producteur et que j’attache beaucoup d’importance au style visuel de mes films, je dois bien reconnaître que je ne connaissais rien à la peinture à l’époque où j’ai fait la connaissance de Dorota. En la regardant tourner s o n court métrage LOVING VINCENT, j’ai été mordu. J’ai lu tout ce que j’ai pu sur Vincent, et j’ai visité tous les musées abritant ses toiles. Ce qui m’a le plus fasciné, c’est qu’il n’a commencé à peindre qu’à l’âge de 28 ans. En neuf ans, il a su révolutionner l’art et on lui doit une œuvre considérable. C’était un homme profondément passionné et il en souffrait. Parmi les expositions que je suis allé voir, l’une d’entre elles était consacrée à ses lettres et il y avait 3h30 de queue… pour voir ses lettres ! À ce moment-là, je me suis rendu compte du nombre impressionnant de gens que les propos de Vincent – et ses tableaux – ont touchés, et c’est alors que j’ai décidé de convaincre Dorota de faire de LOVING VINCENT un long métrage. Il me semblait donc logique de participer à ce projet. Au départ, j’en étais le producteur, puis le coscénariste avec Dorota et enfin elle m’a demandé de coréaliser le film avec elle. Cette expérience a été riche de découvertes. J’espère que LA PASSION VAN GOGH permettra à un public encore plus nombreux de mieux connaître l’œuvre de Vincent et qu’il se sentira grandi comme je me suis moi-même senti grandi. 

Quelles sont vos toiles de Vincent Van Gogh préférées ? 

Les toiles nocturnes me touchent particulièrement, comme «Terrasse de café le soir» et «Nuit étoilée sur le Rhône». «Paysage au crépuscule» m’a toujours fasciné et je trouve «La Maison jaune» d’une force hors du commun. Néanmoins, le tableau que je préfère de manière inconditionnelle est l’autoportrait de Vincent de 1890. À chaque fois que je me rends au musée d’Orsay, je suis ébloui par cette toile. 

(Dossier de presse)